Galerie Noir d'Ivoire

La poupée Ashanti, « déesse de la fécondité »

La fertilité dans la société Africaine est capitale, et la maternité est un passage obligé dans le statut de la femme  en Afrique.

En revanche, la stérilité est une cause de mise au banc de la communauté. La fécondité et les enfants, sont toujours des sujets importants pour les sociétés, puisqu’ils représentent la famille, la vie, la continuité du village, de la communauté. Aussi sont-ils primordiaux.

Pour favoriser la fertilité des femmes, des « poupées de fertilité » sont utilisées depuis la nuit des temps… Elles sont recherchées pour leurs vertus protectrices. Elles sont portées par les femmes, dans leur dos, enroulées dans leurs vêtements, avant leur mariage et pendant leur grossesse.

La plus connue est la poupée Ashanti (royaume du Ghana). Selon la tradition orale, une jeune femme prénommée Akua, ne pouvait pas avoir d’enfants (Ba). Elle décide d’aller voir un prêtre de son village, qui lui conseille de fabriquer une petite poupée en bois, la plus jolie possible, car on pensait qu’une belle poupée influencerait la venue d’un bel enfant ! De la porter, de la nourrir, de la chérir, comme un vrai bébé… Elle finit par donner naissance à une petite fille en pleine santé. Son succès encouragea les femmes ayant les mêmes difficultés.Elles sculptèrent de jolies poupées en bois nommées Akua-Ba (enfant d’Akua).

Les représentations de la maternité dans l’Art Africain, ont une forte symbolique, pour montrer son importance dans la vie sociale et cultuelle Africaine.

Galerie Noir d’Ivoire 19 rue Mazarine, 75006 Paris